Publié par : julienfr | 8 mai 2010

L’Empire contre-attaque ! Le Glas des CHU ?


SJBM Jedi

L’Empire de l’hospitalisation privée a lancé une campagne de publicité depuis le 24 Avril jusqu’au 12 Mai: « Cliniques Hôpitaux Privés, on peut tous y aller ! »

Cette campagne est à mettre en relation avec l’article de Patrick Coquidé du 7 Mai 2010 dans le Journal « La Tribune »: « Les cliniques privées réclament des mission de service public »  (validité de la demande grâce à la loi HPST!)

Extrait: « L’hospitalisation privée fait le forcing auprès du gouvernement pour développer des services d’urgence et former des étudiants en médecine.  »

La Tribune relève en effet que « l’hospitalisation privée fait le forcing auprès du gouvernement pour développer des services d’urgence et former des étudiants en médecine ».
Le journal revient sur la loi Hôpital, patients, santé et territoire, qui « prévoit d’accorder des missions de service public (accueil des urgences, formation des étudiants en médecine, recherche clinique…) aux établissements privés qui en feraient la demande et qui disposeraient des moyens pour les assumer ».
Le quotidien cite Jean-Loup Durousset, président de la FHP, qui déclare que « les représentants des hôpitaux publics voudraient que les décrets d’application prévoient que le privé ne puisse accueillir les urgences qu’en cas de défaillance du public, ce qui est contraire à l’esprit de cette loi ».
La Tribune aborde une « autre demande des cliniques privées : pouvoir accueillir des internes. Là, ce sont les mandarins des CHU qui renâclent à se voir déposséder d’une partie de leurs prérogatives ».
Le journal indique que « l’enjeu dépasse la simple querelle de clocher. L’existence d’un service d’urgence comme la présence d’internes en formation constituent autant d’éléments renforçant la notoriété d’un établissement ».
« De plus, les ARS disposent d’une enveloppe de près de 5 milliards d’euros à distribuer aux établissements assumant des missions de service public. Le privé espère en profiter pour accroître ses parts de marché. Quant aux hôpitaux, ils ne veulent pas laisser échapper cette manne alors qu’ils devront tous être à l’équilibre fin 2012 »,
analyse le quotidien.

Mais à qui appartient le monde hospitalier privé à but lucratif ?

La réponse dans un article du 20 Avril 2010 (HealthcareEuropa):

« Au cours du 1er trimestre 2010, 2 évènements ont déclenché une version frénétique du « Monopoly » en France.

– L’acquisition par 3i (un des leaders mondiaux du capital investissement) de Vedici (gestion d’établissements de santé privés en France)

– L’acquisition du groupe Proclif (opérateurs de cliniques en Ile de France) par Ramsay Health Care (57%), opérateur australien d’une 100aine d’établissements sur 3 continents, et Predica (43%), filiale d’assurance de personnes du groupe Crédit Agricole.

Depuis, les autres joueurs se battent pour obtenir plus de liquidités de manière à concurrencer, dans ce qui est susceptible d’être une véritable mine d’or. »

Pour conclure:

UN JOUR, MON FILS, TU SERAS EXTERNE AU CREDIT AGRICOLE.

Ces blagues vous sont offertes par Lehman brothers, Malakoff Mederic, Vedici et tous leurs amis. Que cet Avenir vous inquiète ou non, ils feront de l’argent. Sur votre santé.

Publicités

Responses

  1. [Modéré]
    Etudie plutôt voir la gabegie des hôpitaux. Tu veux continuer à payer tout ce fric de l’hôpital public dans tes impôts ? Dans quel but ?

    • Une restructuration de l’Hôpital public est nécessaire et c’est ce qui est en cours actuellement. La gabégie des hôpitaux est une réalité et il faut des solutions adaptées : restructuration, compétitivité et attractivité.
      « La concurrence a du bon, je sais » mais attention à ne pas créer un modèle de médecine à 2 vitesses. Il s’agit ici de relater un état de fait: la santé est en pleine mutation et des oligopoles se créent. Une réalité qu’il ne faut pas occulter car en découle la stabilité de la Santé Publique Française !
      Payer des impôts pour permettre à chacun d’avoir accès à des soins de qualité, biensûr que oui ! C’est un principe républicain: La solidarité nationale !

  2. La doctrine néolibérale appliquée au sanitaire a encore frappée.
    Ca se saurait si aux USA on était mieux soigné pour moins cher…

    Soumis à un encadrement réglementaire et budgétaire de plus en plus strict (quasi stagnation des tarifs, cout de la qualité etc…), le secteur des cliniques privées connait une relative dégradation des performances financières du secteur. Dans ce contexte, les restructurations s’accélèrent et se traduisent par des fermetures de cliniques indépendantes, encore largement prédominantes, au profit de grands groupes nationaux.

    Il suffit juste réfléchir aux stratégies qui vont être développées par ces groupes pour continuer à creer de la valeur…

    Soigner bien et tout le monde coute très cher.
    La question est de savoir si notre société veut continuer d’être solidaire.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :