Publié par : geraldinesyj | 20 avril 2010

LA SNCF lance « un appel à intérêt » aux professionnels de santé !


Venez dans mes gares, dit aujourd’hui la SNCF aux professionnels de santé

En France, les gares sont généralement agrémentées de galeries marchandes, dans lesquelles opèrent nombre de commerces et activités de proximité, qui constituent un service aux usagers et offrent une vitrine supplémentaire aux chaines commerciales : aussi peut on acheter son gel douche mangue exotique chez The Body Shop, un top chez Mango ou le dernier Damien Saez au Virgin avant de courir attraper son train…

Les gares sont devenues plus que des lieux de transports. « Désormais multimodales et éco-mobiles, elles s’ouvrent vers la ville et proposent des services innovants et adaptés aux attentes des voyageurs et des riverains ». D’où le fait que les gares offrent à tous les commerces et activités qu’elles logent « une place dans le quotidien de chacun  et un rayonnement au cœur de l’agglomération, le temps des gares qui ne font qu’accueillir des trains est révolu, elles doivent devenir des lieux de vie privilégiés dans la ville« déclare ainsi Pascal Lupo, directeur de la DGE (Direction des gares et de l’escale SNCF).

Il y a quelques jours, la branche d’activités de la SNCF a lancé un « appel à intérêts » à tous les professionnels de santé, médicaux et paramédicaux, pour venir occuper des locaux dans les gares.  Il peut s’agir de cabinets de médecine générale ou de spécialité, de pharmacies d’officine, de laboratoire de biologie médicale, de centres d’optique et de correction de l’audition, etc….

Et en pratique, comment ca se passe?

 

La SNCF est seulement le propriétaire des sols, sans être partie prenante dans les dits commerces et activités : c’est sa branche Gares & Connexions qui est en charge de la gestion et du développement des gares.  Cette branche a développé des outils d’études fiables pour savoir quels magasins sont souhaitables par rapport à quel type de clientèle et où exactement les placer selon les flux de voyageurs.

Pascal Lupo le reconnaît volontiers : » le commerce en gare devient une source supplémentaire de recettes« . Toutes les boutiques reversent une redevance à la SNCF, sous forme d’un pourcentage sur le chiffre d’affaires. Leur implantation relève du système de l’Autorisation d’occupation temporaire (AOT) du domaine public. Pour chaque emplacement, un appel d’offres est lancé et l’enseigne qui propose le plus haut pourcentage, toujours assorti d’un minimum garanti, est retenue. « L’AOT n’est accordée que pour cinq ou dix ans, précise Pascal Lupo. Un nouvel appel d’offres est lancé à son terme. »

La concurrence va donc naturellement sélectionner les plus puissants économiquement. Quelle « enseigne de santé » sera capable  de remporter le marché d’une gare à votre avis? Le labo du coin du Dr Dédé?  Pas sur… 😦

Et cela semble marcher. Gare du Nord, le magasin Naf-Naf (prêt-à-porter) réaliserait, selon Pascal Lupo, un chiffre d’affaires supérieur à celui de sa boutique des Champs-Élysées. Le chiffre d’affaires réalisé dans une gare par un point de vente est deux à trois fois plus important qu’ailleurs. Les 180 000 m2 de commerces que compte la direction des Gares et de l’Escale réalisent chaque année un milliard d’euros de CA. Tous les jours, on compte 400 000 voyageurs à la gare Saint-Lazare, contre 8 000 clients par jour, en moyenne, dans un hyper de 10 000 m2 ! Des marques soucieuses de leur image se sont même laissé tenter par l’aventure ferroviaire. C’est le cas de Swarovski, le spécialiste des bijoux et des objets en cristal, qui a ouvert un point de vente gare de l’Est. « Nous n’avons accepté qu’après une longue réflexion, reconnaît Nicolas Houdoux, directeur de Swarovski France. Mais nous avons été séduits par le projet architectural »  

Tous les « professionnels de santé » intéressés par l’émergence ou le développement de leur activité dans « une ou plusieurs gares » doivent se référer à l’organisme spécialisé dans la conception et de la commercialisation des locaux. Il s’agit de la société Aménagement de Commerces et de Concessions/A2C filiale de la SNCF. Il est conseillé de joindre A2C jusqu’au 30 avril au plus tard, en précisant le nom de la gare souhaitée, les activités de santé que l’on souhaite développer, la surface nécessaire, les compétences professionnelles… et la preuve d’entrée dans le processus d’accréditation COFRAC ? 😉

Qui veut poser une option pour une place entre la brioche doré et le Celio de la gare de l’Est ?

La réalité va peut être très vite dépasser la fiction…

Heureusement qu’il y a PibiNoon’s pour dédramatiser 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :