Publié par : geraldinesyj | 16 juin 2009

Discours du 12 Juin 2009 à Biarritz


Voici le discours écrit et prononcé par Thomas Nenninger aux 13èmes  Journées de la Biologie d’Aquitaine au nom du SJBM

Mesdames et Messieurs les représentants du Ministère de la santé, Mesdames et Messieurs, Chers confrères,

Tout d’abord un très grand merci à Patrice Blouin et l’ABA pour nous avoir si cordialement invités à participer à ces rencontres.

Je suis un homme simple, avec des mots qui peinent, je ne sais pas parler en poète éblouissant comme les orateurs qui m’ont précédé. Mais je suis ici parmi vous pour vous transmettre la voix des Jeunes Biologistes Médicaux, et aujourd’hui, ils ont beaucoup à vous dire.

Nous sommes parvenus à un temps historique pour la Biologie Médicale, certes, mais aussi et surtout un moment historique pour la santé des Français. Nous allons pénétrer dans une nouvelle ère qui veut et qui doit comprendre et placer la Biologie Médicale comme réel pilier du temple de la santé. Et nous entrons dans cette ère dans 10 mois.

C’est une responsabilité énorme pour nous tous.

Nous, professionnels, professionnels de santé, sommes donc aujourd’hui particulièrement engagés et attentifs à cette réforme dont nous commençons à délimiter et préciser les contours, dégageant une vision de notre futur exercice.

À cette tribune, je voudrais commencer par vous parler de ce qui va.

Notre profession doit se réformer dans un cadre réglementaire strict, en préservant l’indépendance de la Biologie Médicale et de ses professionnels. Elle doit avoir les moyens de se réorganiser afin de financer les collaborations professionnelles tout en satisfaisant à de nouvelles exigences de qualité, améliorant sans cesse l’excellence de la prise en charge de nos patients.

– Elle doit, afin de préserver l’exceptionnel vivier de compétences médicales au service des Français et l’offre de Biologie Médicale de proximité à laquelle ils sont tant attachés, favoriser l’intégration des jeunes biologistes au sein des LBM.

– La Biologie Médicale de demain devra être praticienne, de grande qualité, guidée par un souci constant d’éthique, bref, au service de nos patients.

Cette réforme devra nous doter de tous les moyens nécessaires dans l’exercice de notre cœur de métier, notre rôle d’expertise médicale à l’interface clinicobiologique.

Voici résumée devant vous notre vision.

Cette vision nous espérions la partager avec nos aînés, avec le gouvernement Français. Nous y avons cru, très longtemps. Et puis, nous avons reçu de nombreux dossiers scandaleux de la part de jeunes biologistes, écouté les Présidents s’exprimer tout à l’heure, certains d’entre vous dans les travées, écouté les discours lénifiants des chaînes de laboratoire à cette tribune. Et le vertige (la nausée?) nous a saisi: « clients », « concentration sectorielle », « consolidation du marché », « rentabilité », « financement », « valorisation du patrimoine », « private equity », « salariat », « politique d’expansion territoriale »… Le règne de l’industrialisation, la déshumanisation d’une profession.

Quand avons-nous laissé galvauder notre vision?  Mais où est la Santé?  Où sont nos patients?  Quelle place pour les Jeunes?  Toutes les évolutions proposées « la main sur le coeur » en faveur de nos patients resteront-elles lettre morte, faux semblants, coquilles vides de sens comme le seront les centres de prélèvement?  Ne nous trompons pas de combat. Cette réforme ne doit pas avoir pour vocation de favoriser les appétits de certains au détriment de tous. Elle doit servir les intérêts de nos patients: le Peuple Français.

Nous refusons de nous voir réduits en esclavage dans l’indifférence et le silence, tandis que le niveau de soin se détériorera. À tout cela très clairement et de toute notre âme nous disons : non !!! Nous avons des idéaux, et nous sommes sûrs que nombre d’entre vous les partagez. Cette réforme ne peut se faire que par la profession, pour les Français. Elle est vouée à l’échec (sera mort-née?) si les Jeunes s’en trouvent écartés.

Dans cette réforme, la grande crainte des professionnels était l’entrée massive de capitaux extérieurs, et la perte de contrôle des outils de travail, avec tout le cortège délétère des conflits éthiques qu’elle entraîne. Cette crainte a été écartée, et nous y avons joué un grand rôle, à vos côtés. Notre crainte à nous est beaucoup plus immédiate, plus fondamentale, plus désespérée aussi: pourrons-nous exister demain autrement que dans un salariat imposé? Pourrons-nous avoir l’opportunité d’exercer une profession qui restât enthousiasmante, avec la liberté de pratique qui va de pair avec les professions médicales, qui leur est indissolublement liée par essence? C’est pourquoi aujourd’hui nous vous lançons solennellement un appel, à vous tous qui êtes ici: Aidez-nous! Sauvez-nous! Rejoignez-nous et Résistez !

Vous pouvez être nos financiers à nous, ou assumer pleinement votre rôle d’aînés, rôle rénové par la réforme au service de nos patients, et être présents pour nous guider, nous accompagner, nous enrichir de vos expériences et de votre sagesse, nous aider à mettre le pied à l’étrier. Je suis conscient que c’est un choix cornélien devant lequel vous êtes nombreux à hésiter, en votre fors intérieur, cédant aux sirènes de l’individualisme. Mais une société individualiste est une société qui perd, et qui se perd. Comme l’écrivait Jacques de Lacretelle, « Une démocratie ne vaut et ne dure que si elle sait refondre constamment dans la communauté nationale l’individualisme qu’elle fait naître ».

Nous perdrons beaucoup plus que nos laboratoires si nous sacrifions nos valeurs sur l’hôtel de la cupidité !

Seule l’union peut nous sauver.  Une réflexion collective sur la transmission des outils de travail permettra peut-être des profits maximaux individuels plus restreints, mais tout le monde gagnera, et nos patients d’abord.

Vous qui êtes ici, n’hésitez plus, faites le choix éthique de la transmission de vos compétences et de vos outils de travail aux Jeunes Biologistes. Offrez-nous la possibilité de nous épanouir dans notre exercice professionnel comme vous avez pu le faire. Un praticien heureux et équilibré n’est-il pas un praticien qui soigne mieux?

La prochaine réunion nationale de la Biologie Médicale aura lieu le 18 Juin. Je vous citerai donc un auteur de circonstance, un grand homme (dans tous les sens du terme ;), qui a beaucoup fait pour la France et l’idée qu’il s’en faisait : « Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? NON ! » Et le Général de Gaulle d’ajouter et de nous exhorter à la lutte, au travers du temps : « Croyez-moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France ! »

 Je voudrais vous dire encore une chose, au nom de tous les Jeunes Biologistes dont l’Avenir va être déterminé par l’issu de cette réforme : soyez-en sûrs, quoi qu’il arrive, nous nous adapterons ! Mais à quel prix?…

Merci à tous.

Thomas Nenninger

Président du SJBM.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :